Choc de contenu.

Mark Schaefer l’a prédit pour la première fois il y a plus de cinq ans, en 2014.

L’industrie du marketing aurait dû prendre cela comme un avertissement, et certains d’entre nous l’ont fait.

Mais pas assez.

Au lieu de nous arpenter (ainsi que notre public) avec du contenu, nous avons continué à mener une course métaphorique pour savoir qui pouvait publier le plus de contenu avec le plus grand nombre de mots.

Le choc du contenu a donc continué de s’aggraver, tant pour les spécialistes du marketing que pour le public pour lequel nous créons du contenu.

Maintenant, nous sommes vraiment dans le vif du sujet, et nous devons commencer à faire face aux conséquences.

«Il» étant submergé de contenu, et wow, c’est difficile à parcourir.

As-tu déjà…

Vous avez ressenti un burnout créatif ou un bloc d’auteur? Un burnout régulier expérimenté? Vous avez commencé à vous sentir répétitif avec votre contenu?

Tout cela grâce au choc du contenu, au débordement du marketing et à l’approche «plus c’est mieux» du contenu que l’industrie du marketing de contenu a adoptée au cours de la dernière décennie.

Si vous avez traité l’un des éléments de la liste ci-dessus, vous avez peut-être déjà adopté une approche plus durable de la stratégie de contenu.

Mais si vous n’êtes pas encore convaincu que plus de contenu n’est pas mieux, permettez-moi de vous convaincre.

Voici six raisons pour lesquelles plus de contenu n’est pas meilleur – et pourrait même être pire.

1. Les spécialistes du marketing de contenu ne sont pas à l’abri de l’épidémie de burnout

Nous sommes en train de compter avec Hustle Culture, une culture du travail qui glorifie la productivité sans fin, le surmenage et sacrifie plus que la santé, l’équilibre et les limites.

En 2019, nous avons commencé à voir le début de la fin de cet état d’esprit.

Tout d’abord, il y avait l’article BuzzFeed sur l’épuisement viral du millénaire. Ce n’est pas que l’épuisement professionnel soit unique aux milléniaux.

Plus tard dans l’année, l’Organisation mondiale de la santé a officiellement ajouté l’épuisement professionnel sur le lieu de travail à sa Classification internationale des maladies.

Et tout au long de l’année, nous avons commencé à voir davantage de discussions sur l’épuisement professionnel qui se faisaient attendre depuis longtemps.

Les spécialistes du marketing de toutes sortes – de l’interne, à l’agence, aux indépendants – se joignent à la discussion.

En fait, le Search Engine Journal a également rejoint la conversation, en présentant une chronique hebdomadaire sur les soins personnels où, avec d’autres spécialistes du marketing, j’ai parlé de ma propre expérience avec l’épuisement professionnel.

Il s’agit clairement d’un problème auquel des tonnes d’entre nous sont confrontés, il est donc temps que nous apprenions à adapter les pratiques de marketing de contenu nées de la culture Hustle pour s’adapter à la prochaine ère d’équilibre.

2. Toutes les stratégies ont un point de rendement décroissant

La deuxième raison de commencer à adopter une approche «moins c’est plus» pour le marketing de contenu est le principe économique de la loi des rendements décroissants.

Selon Investopedia, voici ce que cela signifie:

«La loi des rendements marginaux décroissants stipule qu’à un moment donné, l’ajout d’un facteur de production supplémentaire se traduit par de plus petites augmentations de la production.

Alors qu’est-ce que cela signifie pour le marketing de contenu?

Eh bien, il y a un plafond à l’impact que vous pouvez avoir avec une stratégie de contenu donnée, quelle que soit la fréquence à laquelle vous l’implémentez en publiant du nouveau contenu.

Il y a seulement autant de personnes que vous pouvez atteindre simplement en augmentant votre quantité de contenu sans aborder d’autres aspects plus importants de votre stratégie, tels que:

Qualité du contenu. Ciblage du parcours client. Formation au plomb. Conversion.

À un moment donné, vous aurez créé tout le contenu dont vous avez besoin, et votre temps sera mieux consacré à la commercialisation de ce contenu qu’à la création de plus.

3. Le contenu inutile génère de mauvaises pistes

À un moment donné, vous aurez créé «suffisamment» de contenu.

Vous aurez couvert toutes vos bases. Création de contenu sur tous les principaux points de contact et points de discussion de votre parcours client.

À ce stade, vous avez le choix de continuer à parler davantage des mêmes choses ou de vous ramifier à des sujets connexes.

La plupart des gens se ramifient.

Par exemple, si vous êtes un outil logiciel de marketing, vous pourriez commencer à parler de vente. Si vous ciblez des photographes, vous pourriez commencer à développer pour parler de vidéo.

Parfois, cela fonctionne, mais souvent non.

Parce que, selon votre stratégie pour amener les gens des téléspectateurs aux clients, cela pourrait finir par remplir votre entonnoir de mauvais prospects qui n’ont pas besoin de votre produit ou service.

Ainsi, même si ce contenu légèrement hors sujet peut faire augmenter le trafic et d’autres mesures marketing haut de gamme, il peut diluer la proposition de valeur de votre marque, attirer des audiences non pertinentes et nuire aux mesures bas de l’entonnoir qui comptent vraiment.

4. Le contenu répétitif crée une expérience déroutante

Dans la section ci-dessus, j’ai décrit une façon de traiter le problème «nous avons déjà couvert tout ce qui est important». Une autre façon consiste à créer plus de contenu sur les mêmes sujets.

Mais les spécialistes du marketing le font rarement d’une manière conviviale.

Par exemple, regardons un exemple de mes propres erreurs passées. Lorsque je travaillais dans une entreprise qui ciblait les spécialistes du marketing de contenu, j’ai écrit trois ou quatre articles différents sur le brainstorming de contenu.

Cela a rendu difficile la promotion et la référence de ces pièces à notre public sans les confondre. C’était même difficile de garder les pièces droites moi-même.

Au lieu de cela, j’aurais pu continuer à mettre à jour, à développer et à améliorer une pièce au fil du temps avec toutes les nouvelles informations pour lesquelles je créais des publications distinctes.

5. Le contenu publié nécessite une maintenance

Contenu toujours vert doit être mis à jour.

Oui, le contenu à feuilles persistantes peut continuer à vous apporter du trafic, des prospects et des ventes pendant des années, mais uniquement avec la maintenance.

Si vous regardez du contenu comme des plantes, votre bibliothèque de contenu est un jardin.

Et avec le jardinage, vous ne pouvez pas simplement planter des graines et les laisser faire.

Les éléments de contenu individuels nécessitent une maintenance au fil du temps afin de devenir de puissants éléments de contenu à feuilles persistantes.

Cela peut inclure des choses comme:

Continuer à mettre à jour le contenu avec des informations opportunes.Réoptimiser le contenu autour de différents mots clés ciblés.Mettre à jour les liens et les appels à l’action de produit.Ajouter de nouvelles images et liens.Re promouvoir l’ancien contenu afin qu’il soit vu par votre nouveau public.

Continuer à pomper du nouveau contenu sans conserver ce que vous avez déjà est essentiellement une stratégie de rotation et de gravure.

Plus vous avez de contenu, plus vos besoins en marketing de contenu sont importants et vous avez besoin de temps (et d’espace dans votre calendrier marketing) pour y répondre.

6. Il vous libère pour promouvoir ce que vous avez

Enfin, la meilleure raison de se concentrer sur un contenu moins (mais meilleur) est qu’il vous libère pour d’autres domaines du marketing.

Soyons réalistes, la liste de tâches d’un responsable marketing n’est jamais terminée. Il y a toujours plus à faire et bien plus que la création de contenu.

En créant moins de contenu, vous et le reste de votre équipe marketing avez plus de temps et d’énergie pour vous concentrer sur d’autres parties de votre stratégie marketing en utilisant le contenu que vous avez déjà.

Par exemple, vous pouvez enfin commencer à suivre cette règle pour passer autant de temps à promouvoir votre contenu qu’à le créer.

Il y a plus de temps pour promouvoir le contenu sur les réseaux sociaux, l’optimiser pour le référencement, créer des backlinks, le réutiliser dans d’autres formats, et tout le reste qui continue d’être poussé au bas de votre liste de tâches.

Concentrez-vous sur moins, mais mieux

Il y a un dicton populaire dans le mouvement et la communauté minimalistes: « plus ce n’est pas mieux, mieux c’est mieux. »

C’est une approche que plus d’entre nous doivent adopter avec notre marketing.

Nous n’avons que peu de temps à consacrer à notre marketing de contenu, assurons-nous que le contenu que nous publions en vaut la peine au lieu de submerger nos lecteurs et nous-mêmes tout en contribuant au choc du contenu.

Davantage de ressources:

Crédits d’image

Image en vedette: Unsplash
Graphique de choc de contenu: Mark Schaefer
Graphique d’épuisement professionnel: Statista
Toutes les autres images créées par l’auteur, février 2020