Après des débuts difficiles, le moteur de recherche Qwant continue son ascension vers le titre de « concurrent français de Google ». Rejoints par DuckDuckGo, et Info.com, les trois moteurs se révèlent et ont l’intention de tenir la dragée haute au géant américain. On se demande comment un tel résultat a été atteint et quelles sont les retombées pour les Français.

Une vente aux enchères aux résultats discutés : des places achetées

Faisant suite aux plaintes de la Commission européenne et à une sanction de plusieurs milliards de dollars, le géant californien a dû proposer un choix de moteur de recherche plus large sur sa plateforme Android. En effet, Google a étendu le choix des utilisateurs à quatre options à l’installation de leurs smartphones, dont trois alternatives, suivant le pays. La marge a été laissée à d’autres moteurs de recherche, à condition que la place soit achetée lors d’une vente aux enchères.

Le déroulement de la vente aux enchères est resté le même dans tous les pays qui en ont fait la revendication. La seule différence est le choix des moteurs qui est resté interne aux pays. Aussi, le voile de la confidentialité a été posé sur les offres.

Ce processus largement critiqué a cependant permis à Qwant, DuckDuckGo et Info.com de prendre leurs places aux côtés de Google en France. L’écran de choix a été complété et les Français ont la possibilité de choisir le moteur de recherche qui leur convient.

L’utilisation de la plateforme fera cependant l’objet d’une facturation mensuelle qui sera présentée aux responsables de Qwant, DuckDuckGo et Info.com.

Un objectif à atteindre : satisfaire les Français

Après une installation compliquée, le ton est donné pour les trois moteurs de recherche. Leur objectif est maintenant de répondre aux préoccupations des utilisateurs tout en respectant leur vie privée. Le défi reste de taille d’abord à cause d’une attente élevée de la part des Français, mais aussi en ce qui concerne la sécurité des utilisateurs en ce qui concerne la confidentialité de leur navigation.