Qwant fait partie des nombreux moteurs de recherche mis en place pour concurrencer le géant Google. Toutefois, aucun dispositif ne parvient à égaler ce dernier pour l’instant. Il dispose d’une suprématie qui semble indétrônable.

Qwant : une alternative à Google ?

À partir de ce mois de mai, le moteur de recherche Qwant sera installé par défaut au niveau de l’ensemble des ordinateurs de l’administration d’après l’État. De même, la Commission européenne a exigé que Qwant fasse partie des propositions de configuration d’Android. Ces mesures pourraient constituer une belle occasion pour le moteur de recherche français qui souhaite être une alternative au géant Google. Toutefois, ceci n’est pas l’avis des spécialistes.

Olivier Andrieu, un consultant en moteurs de recherche, a déclaré que Qwant sombre dans une profonde léthargie. Depuis son lancement il y a sept ans, ce moteur de recherche ne parvient même pas à dépasser 1 % de parts de trafic en France. Olivier ajoute que son installation dans les ordinateurs de l’administration n’est probablement pas la bonne solution pour séduire les utilisateurs. Olivier Ertzscheid, maître de conférences à l’université de Nantes, affirme qu’il est probable que les autres moteurs de recherche ne puissent jamais concurrencer Google de manière frontale. Selon lui, ils en sont tout bonnement incapables.

Des débuts très difficiles pour le moteur de recherche

Il faut dire que les débuts de Qwant ne furent pas une grande réussite. En effet, les internautes se rendaient compte que les résultats de Qwant sont les mêmes que ceux du moteur de recherche Bing. Pourtant, Qwant avait promis une technologie d’indexation « maison ». Il ne donna pas d’explications à ces incompréhensions et attendit plusieurs mois pour officialiser sa collaboration avec Bing. Marc Longo qui est un développeur reproche à Qwant de ne pas avoir été honnête dans sa communication de départ.

Ce qui demeure un problème, c’est que Qwant n’a toujours pas tenu sa promesse d’indexation « maison ». D’ailleurs, plusieurs enquêtes menées l’année passée ont semé le doute à propos des capacités d’indexation du moteur de recherche. En plus de cela, certaines requêtes effectuées sur Qwant renvoient les utilisateurs à des liens datant de 2017. Or, ces requêtes devaient être prises en charge par Bing ou par la technologie propre de Qwant.

Marc Longo affirme que ce retard de Qwant était prévisible, car l’exploration et le ranking des milliers de pages web nécessitent de puissants algorithmes. À cela, Olivier Andrieu ajoute que la création d’un moteur de recherche sans base solide n’est qu’utopie. La force de Google en dehors de la performance de ses algorithmes est sa parfaite connaissance des habitudes des internautes. Ce dernier se repose aussi sur son large panel de services à disposition : Maps, YouTube, ou encore Docs.